Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La ministre Najat Vallaud-Belkacem lors du point presse du 10 avril 2015 présentant la réforme du collège.
La ministre Najat Vallaud-Belkacem lors du point presse du 10 avril 2015 présentant la réforme du collège.

C'est décidé : tous les collèges français auront, à la rentrée 2016, de nouveaux programmes, de nouveaux horaires et quelques nouvelles pratiques pédagogiques à mettre en oeuvre.

L'objectif : élever le niveau des collégiens français qui ne brillent pas dans les comparaisons internationales comme le montre l'enquête Pisa. Surtout, l'enjeu est de permettre à tous de maîtriser les fameux "savoirs fondamentaux".

"En compréhension de l'écrit, en mathématiques, en histoire-géographie-éducation civique, en langues vivantes, malgré l'engagement et les efforts au quotidien de tous les professeurs, les élèves qui ne maîtrisent pas les compétences de base sont de plus en plus nombreux", a écrit la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem dans une lettre adressée aux enseignants pour leur présenter la réforme.

Cinq grands objectifs

  • 1. Les "savoirs fondamentaux" (français, maths, histoire-géo, langues) veulent être renforcés... Pour cela, l'Education nationale a conçu de nouveaux programmes : plus que des catalogues de connaissances à engloutir, ces savoirs doivent contribuer à renforcer ce "socle" fondamental.

  • 2. Le nouveau collège insiste à juste titre sur l'importance d'acquérir des compétences transversales à toutes les matières : il faut apprendre à rédiger, à raisonner, et surtout, comprendre pour mieux apprendre. Pour cela, les enseignants sont invités à sortir de l'isolement de leur discipline pour travailler ensemble. Si certains collèges le font déjà volontairement, c'est une petite révolution dans un système français très (trop) compartimenté.
  • 3. Dans toutes les matières, surtout en maths et en sciences, l'abstrait doit s'appuyer sur le concret, l'expérience quotidienne doit nourrir la réflexion. La réforme du collège reprend et prolonge sur ce point la réforme de l'enseignement des mathématiques déjà présentée.

Des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI)

Les deux points précédents vont se traduire par l'apparition dans l'emploi-du-temps d'enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) qui seront proposés par des professeurs de différentes matières.

Huit thèmes sont proposés parmi lesquels chaque collège pourra en choisir six : langues et cultures de l'Antiquité, langues et cultures étrangères ou régionales, développement durable, monde économique et professionnel, etc.

  • 4. Les différences de niveau entre les collégiens (pudiquement désignées par le terme d'"hétérogénéité") ne sont pas niées. Pas question toutefois pour le gouvernement de revenir sur le "collège unique" qui consiste à proposer le même cursus à tous. "Nous tenons compte des spécificités de chaque élève pour permettre à chacun de réussir, à travers un accompagnement personnalisé de 3 heures en 6ème, et d’au moins une heure en 5e, 4e, 3e", explique la ministre. "Des heures pour le travail en groupes à effectifs réduits et des interventions conjointes de plusieurs enseignants sont garanties".

  • 5. Enfin, l'enseignement des langues vivantes veut être renforcé de façon à donner aux jeunes "de nouvelles compétences adaptées au monde actuel" : la première langue (LV1) sera enseignée dès le CP et la deuxième (LV2) dès la 5e. Par contre les classes européennes ou "bi-langues" (anglais-allemand) proposées dès la 6ème sont supprimées car le ministère estime qu'elles ne bénéficiaient qu'à trop peu d'élèves.

Partager cet article

Repost 0